CONCLUSION

Nous avons, dans ce mémoire, exploré les effets de l’utilisation conjointe de la réflexologie plantaire et de l’aromathérapie.

Il ressort qu’il y a potentialisation des résultats en réflexologie sur la baisse du nombre de zones réflexes sensibles que ce soit avec ou sans la prise en compte de la douleur. L’optimisation globale est entre 10% et 44% sans la prise en compte de la douleur et entre 11% et 24% avec la prise en compte de la douleur.

La synergie agit plus particulièrement sur les zones réflexes des systèmes nerveux (vertèbres), digestif, endocrinien et lymphatique.

Par contre, le ressenti de la personne par rapport à la diminution de ces symptômes de stress ne varie pas suivant qu’il y a utilisation ou non des huiles essentielles. Dans tous les cas, la personne a le sentiment que son stress a régressé.

La difficulté principale que j’ai rencontrée a été le choix des critères de comparaison.

J’ai opté pour le nombre de zones réflexes en déséquilibre et la prise en compte de la douleur car ces indications renseignent sur l’évolution des déséquilibres. Par contre, l’évolution de la zone réflexe en elle-même, par exemple, une zone réflexe définit vide qui devient un point cartilagineux avant de disparaître n’a pas été prise en compte.

De même, pour le choix des huiles essentielles, il est possible d’adapter l’huile essentielle au tempérament hippocratique de la personne (lymphatique, sanguin, bilieux, nerveux) et, ainsi, d’avoir une approche très personnalisée et plus pointue au niveau de la personne et de la pathologie.

Pour ma part, j’ai eu le sentiment que l’utilisation des huiles essentielles permettait une évolution globale plus rapide et plus profonde. Mais, cela reste subjectif.

Il reste néanmoins difficile, pour une personne qui fait une cure de réflexologie plantaire, d’attribuer à cette technique associée au bien-être, des effets thérapeutiques certains et de faire le rapprochement entre les séances et les améliorations quotidiennes.

Cependant, tout le long de ces séances, j’ai pu observer la naissance d’une nouvelle dynamique de vie pour chacune des personnes et pas seulement au niveau physique. Il se passe autre chose, à un autre niveau, résultant aussi bien des thérapies utilisées que de la relation qui s’est mise en place avec le réflexologue. C’est comme si les personnes se réappropriaient leurs propres vies en ayant une nouvelle relation avec leurs corps et surtout un regard différent sur leurs vies, leurs problèmes et sur les changements qu’ils peuvent y faire.

Les problèmes ne sont plus insurmontables, au contraire, ils deviennent des expériences enrichissantes

Il est donc évident que la réflexologie, tout comme l’aromathérapie, n’agissent pas seulement sur un bien-être ou des symptômes physiques mais ont une action sur l’élan créateur que possède chaque personne sur sa vie.

Il serait donc très intéressant de pousser cette expérience sur l’étude de l’utilisation conjointe de la réflexologie plantaire avec une autre thérapie axée sur l’évolution psycho-émotionnelle de la personne comme, par exemple, les fleurs de Bach ou l’aromathérapie avec l’olfactothérapie et l’approche des tempéraments hippocratiques.

 

Voir d’autres articles et extrais de mémoires…

Share This